L’île qui s’adapte à l’océan de demain

Les océans absorbent 90 % de la chaleur en excès liée au changement climatique et les premières à en souffrir sont les petites îles. Toutes les communautés insulaires sont en danger. Toutes sauf une, au large du Mexique. Depuis 85 ans, la coopérative de pêcheurs- plongeurs Buzos y Pescadores prospère à Isla Natividad : ils pêchent durablement et protègent l’écosystème marin.

En 2009, une vague de mortalité exceptionnelle touche les ormeaux et les concombres de mer, très prisées et sources de revenus pour les locaux. Premier suspect : l’acidification des eaux. Ce phénomène global, dû à la dissolution du CO2 dans l’océan, menace surtout les mollusques à coquille et, par conséquent, l’ensemble de la chaîne alimentaire marine. « Nous avons décidé démocratiquement d’arrêter la pêche aux ormeaux pendant six ans et de sanctuariser une partie de la concession en aire marine protégée », se souvient Renée Mendoza, le plus ancien parmi les pêcheurs encore en activité.

Une décision atypique et douloureuse, mais qui a porté ses fruits. Ces mollusques ont survécu et, à en croire une équipe de chercheuses de l’Université Stanford, ils ont probablement évolué génétiquement pour s’adapter.

Auteurs

Quentin Hulo photo-journaliste

Daniel Peyronel, journaliste